La permaculture


La permaculture (permanent agriculture – agriculture soutenable) est un ensemble de techniques pour cultiver la terre afin de la rendre toujours fertile en aménageant le paysage dans le respect de la nature et une connaissance de celle-ci.

 

La permaculture prend en considération les différents écosystèmes et la biodiversité qui les composent dans un design intelligent et harmonieux pour créer des inter-relations d’échanges et d’équilibre permanents entres différents « acteurs naturels » (minéraux, végétaux, animaux, éléments, humain) où chaque acteur s’épanouit grâce à l’ensemble.

 

permaculture_a permaculture_b

 

Dans la permaculture, l’ensemble de l’aménagement est considéré comme un système où chaque acteur naturel rempli une ou plusieurs fonction dans celui-ci :

 

Imaginez que le jardin est un organisme et chacun de ses acteurs (minéraux, végétaux, animaux, éléments, humain) sont ses organes, ceux-ci sont positionnés dans l’organisme et reliés aux autres de manière optimale pour un épanouissement maximum de l’ensemble et des organes avec un effort minimum de ces derniers.

 

Permaculture : intelligence et interdépendance

Culture dite moderne : monoculture intensive
  • Des dizaines ou centaines de plantes cultivées

  • Un rendement beaucoup plus élevé

  • Plus de plantes, moins de parasites et maladie

  • Inter dépendance et inter protection des plantes

  • Humus naturel et coopération avec la faune

  • La nature fourni les ouvriers, le sol est aéré

  • Le sol s’enrichit année après année

  • Les plantes et la faune y trouvent leur bonheur

  • Des plantes riches en goût et qualités nutritives

  • Que d’économies par l’observation et la réflexion

  • Énergie et ressources illimitées et gratuites

  • Cela apporte la santé à l’humain et à la nature

  • Une seule plante cultivée

  • Un rendement moyen

  • Abondance de nuisibles et maladies

  • Nécessité d’insecticides chimiques

  • Nécessité de fertilisants chimiques

  • Besoin de machines, pollution et tassement du sol

  • Appauvrissement du sol année après année

  • Empoisonnement du sol, de la faune et de la flore

  • La plante perd ses goûts, vertus et nutriments

  • Le coût est de plus en plus important

  • + d’énergie et ressources dépensées, – production

  • Cela amène aux ogm, et tous ses dangers liés

 

Un espace de permaculture peut être sous forme de jardin, forestier ou même conçu comme un aménagement paysager comestibles. Dans un tel espace le travail humain est minime une fois l’espace de permaculture réalisé, il est presque totalement autonome et nous n’avons plus qu’à prélever les productions dans le respect des acteurs y ayant contribué, donc en laissant sa part à la faune, pour l’humus etc…

 

Principes de permaculture

 

Généralement l’espace de permaculture est divisé en zones dans lesquels cohabitent ce que j’appelle des «familles d’inter-dépendance» (ou groupe autonome) dans lesquels une majorité de plantes produisent des fruits ou parties comestibles en plus d’avoir un ou plusieurs autres rôles dans leur groupe.

 

Une famille d’inter-dépendance au sein d’une zone de permaculture pourrait se composer ainsi :

 

  • Une plante à des racines profondes et va remonter les nutriments enfouies dans le sol

  • Une plante est touffue est très proche du sol, gardant l’humidité pour conserver un micro climat favorable au groupe

  • Une plante sera moyennement haute et aura de larges feuilles pour apporter de l’ombre aux plus basses qui en ont besoin

  • Une plante produira des nutriments utiles au groupe en se décomposant naturellement ou par compostage

  • Une plante aura des fleurs qui attire les pollinisateurs de différentes espèces

  • Une plante éloignera les insectes et / ou animaux nuisibles au groupe ou le parasitant

  • Un mycorhize (champignon) se joindra en symbiose aux racines des plantes pour faciliter leur puisement dans le sol

  • Des arbustes ou arbres serviront de tuteurs aux plantes grimpantes et de protection aux plus fragiles tout en produisant du bois raméal qui une fois sec et tombé pourra être broyé pour servir de paillage au groupe

  • Des roches garderont la chaleur lors des saisons froides

  • Des abris à insectes tels que des souches ou pierres garantiront aux insectes utiles une proximité avec le groupe

  • Un bassin aquatique pourra accueillir des poissons dont les déjections sont un excellent nutriment pour les plantes et batraciens

  • Des vers pourront servir à favoriser et accélérer le compostage de manière naturelle ainsi qu’a aérer le sol

 

Familles de plantes

Quelques liens autour de la permaculture

 

Introduction à la permaculture sur le site : PriseDeTerre

Articles et explications sur la permaculture et son design

Recueil de ressources sur la permaculture

101 images de designs et conseils de permaculture

Lien pour télécharger toutes ces images (voir ci dessus)

Playlist de 199 vidéos sur la permaculture

herbe

 

Si tout cela est organisé judicieusement avec sagesse et compréhension de la nature, le groupe sera autonome et produira des fruits et parties comestible en abondance, sans effort et dans le plus grand respect et bénéfice pour la nature.

 

Historiquement la permaculture « moderne » telle qu’on la conçoit aujourd’hui a été développée par Bill Mollison et David Holmgren dans les années 70 en Australie, reprenant la vision de Fukuoka (des années 40) et l’élargissant, l’adaptant aux problématiques et situations occidentales modernes.

 

 

 

C’est un retour à la sagesse ancestrale qu’est l’observation attentive de la nature, le bon sens qu’est de cultiver en symbiose avec elle et non contre elle.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *